Un emploi dans la com’ ?

Vous cherchez un emploi ou un stage dans les relations press eou la communication ? Visitez le site de notre partenaire Emploisdanslacom.com

Archive pour janvier, 2002

Planete-RP veut fédérer la communauté des relations publiques

Sur un secteur éclaté, ce nouveau site joue la carte communautaire afin de créer un espace dédié aux professionnels de la communication. Les cordonniers sont les plus mal chaussés. Dans le secteur des relations publiques, des professionnels de la communication donc, les échanges sont pour le moins réduits. C’est pour remédier à ce problème que Laurent Durgeat, consultant en communication et maître de conférence de 3ème cycle au Celsa, vient de créer le site Planete-RP.com, destiné à créer une communauté en ligne pour les métiers des relations publiques. Un lieu où les professionnels du secteur peuvent échanger leurs expériences. Lire la suite sur le Journaldunet.com

Communiquer le recentrage des marques Tiscali

Martial Delpuech nous explique le fonctionnement d’une campagne de fond destinée à positionner la nouvelle image du groupe Italien Tiscali sur les marchés des nouvelles technologies.Planète-RP : Quel enchaînement d’événements a conduit le groupe Tiscali à opérer ce recentrage ?

Martial Delpuech : Tiscali France est né du rachat de Liberty Surf par le groupe Italien Tiscali. Ce rachat s’est fait en même temps que d’autres investissement dans des activités toutes liées aux nouvelles technologies. Au total plus d’une dizaine de société ont été agrégés à la holding transalpine. Mais même si les sociétés en question avaient pour point commun d’appartenir au monde des NTIC, elles n’avaient pas le même positionnement, ni le même public. On trouvait 4 fournisseurs d’accès ( LibertySurf, Fressbee, WorldOnline ), des sites de contenu et de communauté ( chez.com, Respublica , Nomade, Monsieurcinema ), de shopping ( Toobo ), des fournisseurs de services télécom filaires et IP, pour des audiences professionnelles et résidentielles, ainsi que du prépayé ( Intercall ) et du service.

PRP : Comment s’est opéré le recentrage ?

MD : Le groupe Liberty Surf a été racheté par Tiscali en Janvier 2002. Les 6 premiers mois, nous avons vécu une période transitoire. Nous avons ensuite procédé à une campagne d’information auprès des communautés de journalistes économiques et financiers et analystes pour les informer de la nouvelle organisation et des gains à en attendre.Nous avons procédé à une première harmonisation, en procédant à la mise en place de quatre marques distinctes, en tenant compte des points de forces de chacune de marques existantes ( co-branding ). Cela a donné lieu à un positionnement différent selon que l’on parlait à une cible grand public ou que l’on restait sur un marché plus Business to business, où la marque est secondaire par rapport au service. La tâche ne fut pas simple compte tenu des capitaux de marque ( Intercall et Nomade étaient pionniers chacun dans leur marché ), de statuts boursiers hétérogènes ( cotation au premier et second marché, bourse de Paris et de Milan ).

Les véritables opérations d’envergure avec la presse ont débuté en juin 2001 et l’organisation en juillet 2001 d’une conférence de presse ainsi que d’une campagne promotionnelle et de marketing. La conférence de presse a présenté la nouvelle organisation ainsi que les 6 pôles issus de la réorganisation ( Pôles FAI, médias, télécoms, services aux entreprises, accès Internet et relation clientèle ). Cette conférence se fit en présence du PDG de Tiscali France, Rafi Kouyoumdjian, qui avait déjà participé à la montée en puissance de Libertysurf qui l’avait nommé directeur général en octobre 2000, puis PDG en février 2001.

PRP : Et ensuite … ?

MD :Ensuite, nous avons rencontré individuellement et lors de petits déjeuners de presse l’ensemble de la communauté des journalistes intéressée à développer les messages présentés lors de la conférence et, compte tenu des interrogations de la presse quotidienne généraliste lors de l’annonce de la réorganisation, nous avons organisé une seconde conférence de presse en septembre. La presse quotidienne grand public restait convaincu que le rapprochement des activités allait se faire sur le dos des clients et que la qualité des services allait être sacrifiée sur l’autel du profit. Nous nous sommes efforcés de démontrer que c’était en fait tout le contraire qui allait se dérouler. Nous avons retenu le meilleur de chaque offre historique pour bâtir les nouvelles. En octobre 2001, l’ensemble des portails des FAI du groupe Tiscali en France sont passés au graphisme Tiscali. Cette étape s’est appelée l’harmonisation des portails.

PRP :Quels ont été les raisons du succès de la reprise de votre discours ?

MD : Avoir joué la transparence complète y a sûrement été pour beaucoup. Nous avons une tradition de communication claire et accessible. Même lors des premiers plans de licenciement chez Freesbee, suite au rachat par LibertySurf, nous avons communiqué main dans la main avec les représentants syndicaux.

PRP : Comment va évoluer votre communication en 2002 ?

MD : Après une année 2001 baptisée l’année de l’industrialisation, nous ouvrons l’année 2002 sur le thème des services et allons communiquer autour de ceux-ci.

PRP : Comment sont organisées les relations presse chez Tiscali ?

MD : Dans l’organigramme, je suis rattaché directement au Président. Je connaissais bien la maison pour avoir fait partie de l’aventure Freesbee avant de rejoindre LibertySurf suite au rachat de ma société. Ila fallu créer en interne une conscience des devoirs à remplir pour servir les objectifs des relations presse de la société. J’ai pu m’appuyer sur l’agence EuroRSCG Corporate, et depuis janvier de cette année sur l’agence EuroRSCG Passerelles. Au plan international, je reporte à une cellule basée à Milan. Nous travaillions également pour la communication financière avec l’agence anglaise Smithfield.

www.tiscali.fr

 

 

Pascal Minguet, passion pigiste !

Ingénieur en électronique de formation, Pascal Minguet travaille depuis plus de 10 ans dans la presse informatique. Chef de rubrique chez PC expert, puis rédacteur en chef adjoint en 1991, il devient pigiste spécialisé sur le marché du numérique depuis 1994. Il assure également de nombreuses animations de tables rondes, séminaires, formation : média-training…Planète RP lui a posé des questions sur le statut de pigiste et ses relations avec le monde de la com’.

Planète RP : Quelle place occupent les chargés de com / attachés de presse dans votre travail ?

Pascal Minguet : Une place importante, puisque la communication d’une entreprise vers le journaliste (sur notre domaine high-tech) passe en général par un relais ou un facilitateur : le chargé de com. Un pigiste, comme un journaliste n’a pas de secrétariat, travaille seul et le savoir-faire des chargés de com fait gagner un temps fou.

PRP : Quelles doivent être selon vous les qualités professionnelles requises pour réussir à travailler avec un journaliste ?

PM : La patience, l’humilité, le sourire… Sans prendre la brosse à reluire, je pense que chaque journaliste est un cas à part, à ses manies, son caractère, certains même frôlent le caractériel ou l’invivable. (ne comptez pas sur moi pour vous donner des noms)

PRP : Comment devient on pigiste ?

PM : Je n’ai pas de grande recette. Dans mon cas c’est par choix, après avoir occupé des postes de chef de rubrique, de rédacteur en chef. J’avais déjà beaucoup travaillé dans des sociétés de service, donc assez indépendant et adaptable. De plus, ce statut me satisfait car je gère mon temps, mes activités comme j’en ai envie. Le passage par des rédactions (et différent média presse, radio, TV) aide à devenir pigiste et me paraît indispensable. Le statut de pigiste me permet aussi de choisir, de sélectionner encore plus facilement les sujets à traiter et surtout de passer d’une rubrique à l’autre ou d’un public à l’autre très facilement, ce qui est impossible dans une rédaction où le cloisonnement règne. Un pigiste passe plus de temps sur les articles qu’un journaliste bien assis dans une rédaction qui se perd en  » guéguerre  » interne et lutte de pouvoir.

PRP : Le statut du pigiste a-t-il évolué ? comment bien faire ce métier aujourd’hui ?

PM : Oui sans doute, mais pas énormément pour moi. Pour bien le faire il suffit d’être connu, reconnu, entretenir son carnet d’adresses. Mais ça me semble valable pour beaucoup de métiers  » indépendants « .

PRP : Pensez vous que le métier d’attaché de presse ait évolué ?

PM : L’évolution me paraît plus rapide. Tout d’abord grâce à Internet qui rend l’information plus facilement accessible. Il est bien loin le temps où les marques lançaient un produit aux Etats-Unis et venaient quelques fois 3 à 6 mois en Europe pour nous le présenter comme la grande nouveauté. Internet permet d’avoir une documentation à jour en permanence et facile à utiliser. Les chargés de com ne sont plus des spécialistes des photocopies, de la mise sous plis et de la relance téléphonique. Ils doivent de mieux connaître les sociétés, les marques, les produits, le marché… et deviennent de véritables consultants. Enfin j’espère que c’est l’avis général mais j’en doute encore. D’ailleurs j’ai l’impression que l’on voit certains journalistes arriver dans des agences de RP. Est-ce un hasard ? Je ne le pense pas. Mais heureusement pour les bons chargés de com, tous les journalistes ne feraient pas de bon RP… Pour que tout le monde soit content, l’inverse est vrai aussi.

PRP : Des exceptions ?

PM : Certaines agences n’ont pas vraiment changé. Le portrait type du/de la chargée de com est alors : jeune fille sortant de l’EFAP et bombardée en 3 mois du statut de junior à senior, sans aucune base marché, produit…

www.tmhc.info

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!