Un emploi dans la com’ ?

Vous cherchez un emploi ou un stage dans les relations press eou la communication ? Visitez le site de notre partenaire Emploisdanslacom.com

Archive pour mai, 2004

Prix de l’Acirp : Montréal en 10 minutes

Présentation par Nathalie Gobbe, responsable des Relations publiques de L’ULB et vice-rectorat à la politique wallonne. 

En quoi consiste le concours de l’Acirp (Association carolorégienne de l’information et des relations publiques)?
l’Acirp organise pour la première fois un concours qui met en contact les étudiants avec le monde professionnel. C’est une première expérience, ils seront confrontés à la réalité du milieu des entreprises. 
Tous les étudiants des hautes écoles ou universités de la communauté française en communication, relations publiques, journalisme, marketing, graphisme et publicité pourront y participer. Le but est de réaliser une carte de visite d’une PME de la région de Charleroi. 
Les candidats pourront former une équipe de 4 personnes maximum et présenter une entreprise sur le support qu’ils auront choisi. Cette carte de visite doit séduire des acheteurs potentiels en 10 minutes. L’équipe gagnante partira une semaine à Montréal avec visites culturelles, touristiques et professionnelles.

Pourquoi un format de de 10 minutes ?
Pour que chaque équipe puisse être évaluée équitablement, quelle que soit l’entreprise présentée ou le support choisi. Les travaux peuvent être réalisés sur un site internet, sous forme de reportage vidéo, audio, ou encore par flyers ou diaporama. Des étudiants pourront présenter un dossier complet ou léger, du moment que l’information essentielle y est présente et soit attractive.

Le projet est donc plus destiné aux étudiants en publicité ?
Je pense que les étudiants en journalisme, en communication et en graphisme pourront également être très intéressés par le projet. Présenter une entreprise demande des compétences en communication de manière générale, aux étudiants à mettre en avant leurs aptitudes spécifiques. De plus il est tout à fait possible de former une équipe mixte pour distribuer des rôles différents à chacun : un journaliste pour le contenu, un graphiste pour la mise en page, un responsable des relations…

Ne serait-ce pas plus facile si les étudiants choisissaient l’entreprise à présenter ?
Le concours s’insère dans le cadre de l’action « Cè koi entreprendre ? » organisé par le Centre d’Entreprise Héraclès. Cette manifestation met en scène plus de 25 PME innovantes. Les secteurs abordés varient de la biotechnologique, à la céramique, en passant par les appareils de soudage, etc 
Nous avons choisi d’attribuer l’entreprise aux étudiants par tirage au sort car certains secteurs auraient été défavorisés, d’autres trop prisés. Les étudiants auraient peut-être pensé, par exemple, que c’est plus facile de présenter une société de jeux vidéos.

 

Renseignements :  ngobbe@ulb.ac.be

Grand Prix du jeune communicant 2004

La troisième édition du Grand Prix du jeune communicant est lancée. Organisé par le Club de la Presse Nord – Pas de Calais, ce concours récompense, par un chèque de 1.000 euros, la meilleure campagne (slogan, événement, message…) réalisée entre le 1er juillet 2003 et le 30 juin 2004.  Les candidatures, ouvertes aux jeunes communicants exerçant en Nord/Pas-de-Calais uniquement, peuvent être déposées jusqu’au 30 septembre 2004.

 

En savoir plus :
Club de la Presse Nord-Pas-de-Calais 
17, rue de Courtrai – 59000 Lille
T él : 03.28.38.98.48 
www.clubdelapressenpdc.org

Communiquer avec les médias, ça s’apprend !

Voie de Presse organise les 21 et 25 juin à Paris une formation : « Communiquer avec les médias« . Celle-ci s’adresse aux entreprises souhaitant assurer elles-mêmes leurs relations-presse. Au programme : constituer un fichier-presse, contacter un journaliste, rédiger un communiqué, réaliser son dossier de presse. L’objectif de cette formation est de savoir communiquer efficacement avec les journalistes pour susciter des articles.

 

Contact :
François Vandenberghe
Tél : 01.69.44.35.43

 

Et si le « small » était vraiment « beautiful » ?

On a tous un camarade d’école qui se réveillait le matin avec du « NESTLE-PROCTER-UNILEVER » dans les yeux et pour qui un parcours en dehors du CAC 40 relevait de la « honte »… De même, il existe des agences qui ne peuvent courir que dans la catégorie « grand compte » sous menace de « sous performer »… 

J’entends déjà les aigris qui vont dire que « tu parles de ce que tu ne connais pas, c’est le super kif d’être chez COCA », etc. et « on a de super budgets pour faire ce que l’on veut…bla bla bla… ».

Au risque de détonner du discours ambiant, je ne suis pas du tout convaincu qu’on se réalise véritablement dans le giron des grands groupes.

Certes, les « antres » du pouvoir sont autant d’univers où les apparences faciles et le sentiment de puissance est autant d’invitations au contentement et au dépassement de soi… Mais force est de constater que dans la réalité, la création et l’innovation proviennent des petites et moyennes entreprises et qu’il n’a jamais été aussi complexe et frustrant de travailler avec des sociétés côtées que depuis quelques années… Certains acteurs ne l’avoueront d’ailleurs jamais, mais on passe facilement la moitié de son temps à se renseigner sur « l’état politique » de ses client et courir après des validations de documents que de faire de la communication « créative »… Même si certaines exceptions confirment la règle…

Pour terminer avec ce portrait un peu exagéré (mais néanmoins teinté de réalisme) d’un univers « impitoyable », beaucoup de grandes entreprises ne cachent plus leur souhait de basculer sur leurs agences la majorité des « basses tâches » que peu de conventions collectives-RTT toléreraient dans le contexte de l’entreprise responsable.

Vous l’avez compris, pour le communicant, la grande entreprise est un mal nécessaire, mais qu’il faut aider à guérir au risque de tomber malade…

 

LD

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!