Un emploi dans la com’ ?

Vous cherchez un emploi ou un stage dans les relations press eou la communication ? Visitez le site de notre partenaire Emploisdanslacom.com

Thomas Marko & Associés en charge de « Suite n°7 », le rendez-vous mensuel confidentiel

Thomas Marko & Associés, conseil en communication et relations publics, est en charge des relations médias et des e-rp du concept « Suite N°7 », une série de concerts très privés dans des palaces français. Chaque mois, quelques privilégiés auront la chance d’être invité dans la « Suite n°7 », en postant sur www.facebook.com/suiten7 la meilleure anecdote de rockers dans des hôtels. Prochaine rencontre le 20 juin 2013 au Shangri-La Hotel, Paris avec le concert de Balthazar.

Suite N°7, c’est quoi ?

Il n’y aurait pas d’histoire du Rock sans hôtels : tout le genre, depuis ses débuts et ses premières icônes, jusqu’aux stars d’aujourd’hui, est parsemé de légendes, mais aussi de récits avérés, autour de ces lieux intimes et mystérieux, sources d’inspiration et de création…

On se souvient du Heartbreak Hotel d’Elvis Presley, ode aux amours mortes : avec le King, l’hôtel s’imposait comme refuge du rocker solitaire.

Au fil des années, cette mythologie s’est progressivement construite, peaufinant la dramaturgie du morceau de Presley, pour aller vers des visions de plus en plus romantiques, alliant passion, trouble, égarement. Ainsi, les années 60 et 70 auront été marquées par les extravagances des Rolling Stones (et leur guitariste Keith Richards) ou des Who (et leur batteur flamboyant, Keith Moon), qui ont fait de leur chambre d’hôtel, le théâtre de leur démesure pour mieux instituer leur réputation – et leur gloire.Le Chelsea Hotel hébergea Bob Dylan, Sid Vicious, Jimi Hendrix, ou encore Patti Smith, le faisant devenir l’épicentre du New York rock de ces 70 dernières années.

Sofia Coppola en fait le héros de son dernier film Somewhere : sur l’autre côte des Etats-Unis, le Château Marmont à Los Angeles, au label « garanti sans paparazzi », représente toute la mythologie Rock, avec les errances de Janis Joplin, la première rencontre de James Dean et Nathalie Wood ou encore Led Zeppelin qui y parcourait ses couloirs en moto.

Toujours en Californie, d’autres ont fait de l’hôtel un refuge loin du monde, loin du bruit : Leonard Cohen avec son Paper Thin Hotel, les Doors avec Morrison Hotel, les Eagles avec Hotel California auront marqué plusieurs générations de hippies plus ou moins avoués.

C‘est pour rendre hommage à tous ces artistes majeurs et ces lieux, qui continuent à hanter le Rock et la musique, que « Suite n°7 » a été inventée. Pour ramener le Rock où il est né, là où il dévoile son intimité et ses fêlures : un lieu d’inspiration, d’invention, d’extravagance, de démesure…

(D’après un communiqué de presse)

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!