Sylvie Fourcade crée le « réseau Humacom »

« We are the world », à l’image du monde qui compose le XXIème siècle (nous sommes tous les descendants d’une tribu), Humacom réalisera à moindre coût des actions de communication et de relations presse pour les entités qui ont de véritable besoin, dans le domaine de l’humanitaire, la solidarité,… .  « We are the world », à l’image du monde qui compose le XXIème siècle (nous sommes tous les descendants d’une tribu), Humacom réalisera à moindre coût des actions de communication et de relations presse pour les entités qui ont de véritable besoin, dans le domaine de l’humanitaire, la solidarité,… . Avec 20 ans d’expérience en communication et relations presse et après avoir participé durant 3 jours à la 2ème édition du Salon National de l’Humanitaire, Sylvie Fourcade a décidé, par l’intermédiaire du « réseau Humacom », de mettre ses compétences en communication et relations presse au service des acteurs de causes communes. 

Bien que considérées comme naturelles, mineures, essentielles ou gadgets, la communication et les relations presse, pour les associations, les ONG, les OSI, ne bénéficient pas toujours d’un traitement à leur juste valeur, alors que la communication reste néanmoins le moyen le plus sûr pour sensibiliser la communauté nationale, européenne ou internationale, mobiliser des ressources, qu’elles soient bénévoles, matérielles ou financières. En proposant une plateforme de communication et de relations presse spécifique pour les acteurs de l’humanitaire et de solidarité (sans aller jusqu’à utiliser de techniques marketing choquantes pour l’éthique) le bureau de Sylvie Fourcade se diversifie et crée un service innovant et ingénieux, à moindre coût, pour des entités qui ont de véritable besoin en communication.  

De nos jours, en dehors des 20 premières associations, qui attirent à elles seules, 80% des dons français et qui n’hésitent pas à adopter une stratégie de développement volontairement agressive par le biais de l’utilisation massive des médias, le monde associatif évolue, passant très progressivement du stade  artisanal à celui de l’industrialisation et devient un secteur économique autonome. Sur plus de 880.000* d’associations existantes en France et avec 70.000 créations chaque année, c’est incontestablement dans le domaine de la communication que les compétences sont les plus recherchées. 40%* des associations de toutes tailles et de tous secteurs expriment un réel besoin à ce niveau et 28%* des missions de bénévolat concernent les relations presse, la  communication ou le marketing. La majeure partie des associations à but non-lucratif, les ONG et les OSI ne peuvent se permettre de bénéficier, en interne ou en externe, d’un véritable service de presse ou de communication professionnel, que ce soit à l’année ou pour une action ponctuelle. Cette fonction revient trop souvent au président, au secrétaire, à des volontaires ou à des bénévoles, qui, bien que faisant de leur mieux, ne possèdent pas toujours le temps ou la technique, la connaissance des médias, des journalistes, le mode de fonctionnement de la presse, qu’elle soit écrite, audiovisuelle ou multimédia. Avec l’émergence des nouvelles technologies et pourtant nous n’en sommes qu’au départ, la communication est devenue, pour les associations comme pour toute entreprise (à condition d’éviter les dérives du secteur marchand), un outil essentiel de développement. Son objectif: se faire connaître, se forger une image, se positionner, accroître son efficacité, attirer de nouveaux sympathisants, des adhérents, des volontaires, des bénévoles, assurer le financement par des fonds publics et privés,…. 

Le but du réseau Humacom est d’être un lieu d’échanges d’expériences et de compétences, pour favoriser, aider, accompagner, conseiller, promouvoir tous types d’entités, associations, ONG, OSI, … qu’elles soient humanitaires, de solidarité, d’urgence, de citoyenneté, sociales, liées au handicap, au travail, à la santé, à la malnutrition, à des peuples autochtones, à la protection de l’enfance, éducatives, écologiques, de développement durable ou rural, de tourisme solidaire, de commerce équitable, ou encore sportives, culturelles ou de loisirs, …. Humacom favorisera la mise en valeur des connaissances en communication, son savoir-faire et son faire savoir, avec pour objectif la médiatisation des actions de ses membres par tous les moyens qu’elle jugera nécessaires, existants ou à créer, afin de sensibiliser les médias et le grand public en vue de mobilisation collective ou individuelle, contre le temps qui passe et le fléau qui perdure, pour une victoire accessible, …

Plus d’infos  sur le « réseau Humacom »  : https://humacom.monsite.orange.fr 

* Enquête Matisse LES CNRS Université Paris I Panthéon Sorbonne 1999

* Enquête FNASSEM et France Bénévolat 2003 et 2004

* Source Passerelles & Compétences 2006 

Première mission pour Humacom : l’association « Urgence Humanitaire Asie »  

Devant l’épuration éthique ignorée depuis 31 ans, qui connaît la véritable histoire des Hmongs, leurs rôles pour les USA et la France et les défis que cela entraîne aujourd’hui sur leur territoire ? Aujourd’hui environ 15.000 Hmongs sont menacés de génocide au nord du Laos et en Thaïlande. L’association « Urgence Humanitaire Asie », reconnue d’intérêt général, souhaite porter assistance et secours aux Hmongs oubliés, ainsi qu’aux membres d’autres ethnies qui partagent leur sort. Nourrissons, enfants, vieillards, femmes et hommes, apeurés, traumatisés, affamés, la plupart malades ou blessés, sans cesse obligés de fuir devant les militaires Laotiens et Vietnamiens qui les pourchassent sans relâche ou par les Thaïlandais qui les expulsent. Ils sont forcés de survivre en totale clandestinité, dans le dénuement le plus total. Depuis quelques années déjà, ils implorent la communauté internationale de les aider, de les sortir de la jungle infernale et impitoyable dans laquelle ils sont enfermés. De 500.000 Hmongs dans les années 75, dans l’impossibilité de fuir, il ne resterait plus, qu’en cette année 2006, moins d’une dizaine de milliers de montagnards, dont au moins la moitié d’enfants, répartis en une dizaine de communautés sur le territoire laotien que le gouvernement laotien continue à vouloir exterminer, le même nombre en Thaïlande. 

Plus d’infos : 

Sylvie Fourcade – Réseau Humacom

sylvie.fourcade@wanadoo.fr

https://end.pagesperso-orange.fr/

(D’après un communiqué de Sylvie Fourcade)

Laisser un commentaire