Paris 10 juin : Internet : nouveau terrain de militantisme ?

Le réseau Com&media membre de la fédération des anciens IEP, organise sa deuxième conférence de la saison 2008-2009 sur la thème Internet : nouveau terrain de militantisme ?

Avec :
– Jacques Olivier Barthes : Directeur de la communication de l’association WWF
– Benoît Thieulin : Fondateur de la Netscouade, agence internet spécialisée dans la veille, l’influence en ligne, et le web « social et communautaire ». Responsable en 2007 de la campagne internet de Ségolène Royal aux présidentielles.
Cette Conférence se déroulera le mercredi 10 Juin 2009 à 20h00 à la Maison d’Aquitaine (21 rue des Pyramides – 75001 Paris)

Inscriptions obligatoires à comm1media@gmail.com (places limitées). PAF : 12,50 €

30 mars Lille : Club Emploi Communicants sur la création et l’administration de sites web

Le prochain Club Emploi des communications du Club de la presse du Nord-pas-de-Calais portera sur la création et l’administration de sites web plus particulièrement sur les plans techniques et juridiques à savoir les conseils pratiques, les points à respecter, la veille, et la législation.

Les intervenants seront Damien Bancal, journaliste spécialisé web et Florent Méreau, Avocat Conseil du Club.

Lundi 30 mars 2009 à 18h00

Lieu : Club de la presse
17 rue de Courtrai à Lille

Merci de confirmer votre présence :
Faouzia Allienne
Déléguée générale
Tél : 03 28 38 98 48
mail : clubdelapressenpdc@nordnet.fr

L’agence Clipping lance le service RP 2.0 « blogObuzz »

L’agence de relations médias Clipping propose désormais une nouvelle approche pour développer et/ou améliorer la présence et la e-réputation de ses clients sur le web.
« blogObuzz » est un service sur mesure. Il se décline en cinq modules indépendants et complémentaires :

  • Réalisation de la cartographie internet d’une personne, d’une entreprise et ou d’une marque
  • Monitoring quotidien, hebdo, mensuel de la e-réputation
  • Augmentation de la visibilité en ligne en exploitant toutes les entrées du web (profils, sites communautaires, wiki, blogs, …)
  • Sensibilisation des influenceurs du web (blogs, forums de discussions…)
  • Création d’événements et de buzz en ligne.

Clipping est une agence de Relations Medias créée en 2000 par Jean-Louis Aubert et Jean-Pascal Rozet. L’agence compte 18 consultants en charge de la médiatisation de ses 40 clients actifs dans les NTIC, l’Industrie, le secteur public, la santé, les RH, le développement durable, le tourisme et les loisirs.

Formation : Relations Publiques et Réputation sur Internet

Laurent Durgeat et Didier Heiderich, deux personnalités bien connues de ce portail, proposent, via Stratégies, une formation sur les Relations publiques et la réputation sur Internet. Cette formation de deux jours aura lieu à Paris ces 23 et 24 mars. Objectifs de cette formation :

– Réseaux sociaux, blogs, forums…Maitriser les outils du web 2.0
– Construire ses RP en ligne et dans la sphère 2.0
– Réputation 2.0 : gérer les rumeurs, développer son influence internet

Plus d’informations sur le site Comundi.fr

L’agence RP spécialisée web, Way To Blue, s’implante en France

Way To Blue, agence de relations presse sur Internet dans le secteur des loisirs vient d’ouvrir un bureau en France.
Way to Blue se présente comme la première agence de promotion online en Europe, gérant les RP d’une variété de clients dans les secteurs du cinéma, du DVD, du jeu vidéo, de la musique et de la télévision.
L’agence existe depuis plus de 10 ans et est établie en France depuis maintenant trois ans. L’équipe française, à l’origine basée à Londres, a déménagé ses bureaux à Paris.

« Notre expansion en France marque une nouvelle étape dans le développement de notre agence. » explique Olly Swanton, fondateur de Way to Blue. « Avec des bureaux à Rome, Madrid, Berlin, Paris, Londres et Los Angeles, nous partageons un savoir stratégique international et une expérience de terrain locale afin de proposer aux clients français un niveau de service inégalable. »

Relations presse : les gérer et les rentabiliser avec Internet

Au contraire de ce que certains pensent, dont quelques chefs d’entreprise, aujourd’hui on peut parfaitement évaluer les retours sur investissement et la rentabilité de la communication non publicitaire, dite aussi institutionnelle. D’une part, en mesurant son impact sur la notoriété et l’image de la société, d’autre part en comptabilisant les contacts établis dont on évaluera la nature et le coût. Le large éventail des services proposés par les prestataires spécialisés et l’apport des nouvelles technologies se sont révélé extrêmement précieux pour constituer et gérer des fichiers électroniques, surveiller les retombées rédactionnelles, établir et diffuser des revues de presse, gérer le droit de copie et de diffusion, opérer une veille médiatique et réaliser des études tant quantitatives que qualitatives. Appliquées aux relations presse et publiques, à l’organisation d’événements, d’actions de parrainage et de mécénat et au suivi d' » affaires institutionnelles ou publiques « , ces prestations permettent d’élaborer des stratégies dont le potentiel de réussite est beaucoup plus élevé et de vérifier, au fur et à mesure, la pertinence des choix effectués grâce à des tableaux de bord d’une extrême précision. Trop longtemps considérées comme aléatoires, les relations presse font désormais appel à un plus grand professionnalisme, que chefs d’entreprise, médias – et même pouvoirs publics – ne peuvent plus ignorer pour valoriser leurs actions de communication au regard d’un marché en pleine évolution.

Biographie de l’auteur
Philippe Morel a effectué tout son parcours dans la communication : directeur de Cubic/idée, dialogue, conseil, filiale de Publicis, puis chargé de mission à la Cité des sciences de La Villette, avant de créer et diriger AFOCOM, cabinet de conseil et formation à la communication d’entreprise. Aujourd’hui consultant indépendant et formateur en communication d’entreprise et Président du CORPI (Centre d’optimisation des Relations presse et institutionnelles) qu’il a fondé, il intervient à l’Institut supérieur du Marketing et pour le groupe Stratégies-Comundi. Il est également l’auteur de Pratique des relations presse aux éditions Dunod.

Plus d’infos :
Acheter ce livre sur la librairie de la presse et des relations presse

l’Association Belge de la Communication Interne, annonce la lancement de la nouvelle formule de son site Internet

L’ABCI, l’Association Belge de la Communication Interne, annonce la lancement de la nouvelle formule de son site Internethttps://www.abci.org. D’un site for statique, l’association ABCI évolue désormais vers un site plus riche en contenu et en mises à jour.

FGC investit le terrain d’Internet et des nouveaux médias

En réponse à une demande croissante de leurs clients, les deux agences Florence Gillier Communication et Transversal ont engagé une réflexion sur la diffusion de l’information au travers des nouveaux relais d’opinion. Adrien BREUILLIER, Chargé de Mission Internet et nouveaux médias, a rejoint l’équipe pour y développer une offre innovante en matière de services interactifs.

Diplômé de Sciences-Po et du Master de communication politique de la Sorbonne, Adrien BREUILLIER a une bonne connaissance des rouages des services de presse institutionnels (Matignon, Cabinet du Président de la Convention Européenne…). Il a à son actif la conduite d’une étude sur la rumeur politique sur Internet et la mise en œuvre de campagnes politiques et d’influence. Il apporte à l’agence une réflexion et une vision stratégique des comportements et des usages des nouveaux médias.

Sur la base d’un premier benchmark des attentes des entreprises et des organisations, il élabore une nouvelle offre de service permettant de relier l’entreprise à ses nouveaux publics en tirant profit des outils de communication digitale et des relations médias, deux compétences historiques de l’agence Florence Gillier Communication.

Plus d’infos:
Créée en 1989, Florence Gillier Communication est une agence conseil indépendante spécialisée en relations publiques et relations media. Elle figure parmi les plus réputées sur le secteur des technologies BtoB & BtoC, un domaine d’expertise historique qu’elle maîtrise depuis sa création. Depuis 2000, elle a parallèlement développé son savoir faire sur le monde associatif et sur les sujets institutionnels sociétaux tels que : la défense du consommateur et de l’utilisateur responsable, la prévention des accidents de la vie courante, l’emploi et l’entrepreneuriat.Fin 2007, elle élargit son périmètre d’intervention à la grande consommation, en rachetant l’agence Transversal, une agence RP fondée par Jean-François Hesse, spécialisée dans les domaines de l’agro-alimentaire, l’environnement, l’assurance et l’automobile. L’ensemble totalise un chiffre d’affaires cumulé de 2,3 millions d’euros pour une marge brute de 1,8 millions d’euros (78%). Florence Gillier Larcher, fondatrice de l’agence éponyme est également Trésorière du syndicat professionnel Syntec conseil en relations publiques, elle en est aussi élue Représentante de la France au sein de l’organisation internationale de l’ICCO (International Communications Consultancy Organisation).

L’émergence des rédactions et agences virtuelles!

La mise en réseau des savoirs, les possibilités offertes par les technologies de créer des passerelles virtuelles et des espaces de collaboration transversaux aux frontières annoncent l’émergence d’une nouvelle façon de faire du journalisme et de communiquer.

Choix de télé-travailler, proposition de services en mode « freelance/pigistes », autant de concepts apparus dans les années 80 et qui trouvent aujourd’hui leur pertinence personnelle, professionnelle et commerciale.

Cette nouvelle génération de professionnels, en aucune manière concurrente de l’ancienne, permettra un choix supplémentaire en terme de services et résoudra le triangle difficile entre plan de carrière, trajectoire personnelle et offre de services.

Dans les industries de presse, on voit fleurir de nouvelles organisations qui fonctionnent de façon éclatée… Sans rédaction « physique »… Pour les entreprises, c’est la possibilité d’accéder à des prestations personnalisées et permettant un accompagnement dans le temps. Différence du rapport entre le chargé de mission et l’émetteur de la mission, non plus basé sur des modèles économiques liés à une rentabilité par tête et une organisation pyramidale, mais sur une relation unilatérale où les missions ont un visage.

Pascal Pierrey veille aux icontenus

Pascal Pierrey est à l’origine d’un guide consacré exclusivement aux contenus en ligne et à ceux qui les produisent ( guide disponible contre 10 Euros / Nous l’avons commandé et le recommandons ). Une position qui lui permet de nous éclairer sur ce marché et les dernières tendances qui guideront son développement.

Planète-RP : Pouvez vous nous rappeler votre parcours et l’activité de votre entreprise ?

Pascal Pierrey : J’ai 44 ans, je suis ingénieur IPSA et diplômé de l’IAE de Paris. J’ai créé ma première entreprise il y a une quinzaine d’années dans le domaine de l’édition électronique, société que j’ai revendue 3 ans plus tard. Puis j’ai rejoint au début des années 90 Questel.Orbit, un des leaders européens dans le domaine de l’information électronique professionnelle, filiale du groupe France Telecom dans lequel je suis resté 5 ans. J’ai ensuite créé en 1997, Press Intelligence, une entreprise pionnière de l’offre de contenus pour réseaux intranets. Une entreprise probablement « un peu trop pionnière » qui n’a pas eu le succès escompté mais qui m’a permis de rencontrer Cedrom-Sni, une entreprise canadienne leader en matière de diffusion d’information presse francophone sur Internet et CD-Roms dont je suis devenu le Directeur Général Europe.

Début 2001 le démon de la création m’a repris et j’ai crée iContenus « le premier salon dédié aux contenus pour l’internet, les intranets et les réseaux mobiles » dont la première édition s’est tenue en novembre 2001 au Cnit Paris La Défense.

En 2002, la seconde édition du salon s’est tenue à nouveau au Cnit et nous avons lancé la même année « le portail des iContenus », un site dédié à « tout l’univers des iContenus ».
En février 2003, nous avons publié la première édition de l’Annuaire des Contenus en ligne, un outil destiné à répertorier de manière exhaustive les fournisseurs de contenus francophones et les principaux fournisseurs de technologies pour la gestion, la diffusion et la commercialisation des contenus. Notre objectif est d’aider les acheteurs et prescripteurs à mieux choisir les acteurs susceptibles de les accompagner dans la mise en place des solutions pour vendre, communiquer, recruter, fidéliser, informer avec des contenus en ligne.

Planète-RP : Pour quelle(s) raison(s) avoir décidé de doter le marché d’un outil de connaissance des éditeurs de contenus en ligne ?

PP : Tout d’abord si cet annuaire a vu le jour, c’est tout simplement car il répond à un besoin. Le marché B2B des contenus en ligne est un secteur jeune et en pleine évolution qui se caractérise par une grande diversité des offres mais également des besoins, usages, supports, formats et technologies, et dans ce contexte, les besoins en informations, contacts et échanges sont importants.
L’annuaire est ensuite le complément logique du salon iContenus. Le marché des contenus est un secteur d’activité difficile et un bon nombre de nombreux fournisseurs n’ont pas les moyens d’exposer sur un salon. Ce qui était très frustrant pour nous ; nous connaissions de belles entreprises avec des superbes offres mais qui n’avaient pas les moyens de se payer un stand. C’est donc pour palier à cette difficulté que nous avons créé l’annuaire des contenus. Une façon de rassembler l’ensemble de la profession sinon physiquement, du moins dans un ouvrage, et qui sera cette année pour la première fois diffusé sur le salon iContenus du 17 au 19 juin au Palais des Congrès de Paris (www.icontenus.com)

Planète-RP : Vous avez pu étudier le marché des éditeurs de contenu. Quelle est la tendance actuelle ? Quelle(s) modèle(s) économique(s) et évolutions anticipez vous ?

PP : Bonne question ! Tout d’abord comme je viens de le dire, le marché des contenus en ligne est un marché complexe, qui est marqué par la diversité… et le manque d’informations concrètes. Nous venons d’ailleurs de lancer une grande enquête auprès des fournisseurs et des acheteurs pour essayer d’y voir plus clair .
Globalement on peut dire que c’est encore un marché difficile, surtout pour les « pure players » qui se sont lancés dans l’aventure dans les années 97 à 2000 au moment de la démocratisation du web. Ils sont d’ailleurs assez peu nombreux à avoir survécu sans s’être fait racheter. Aujourd’hui, il me semble que ceux qui se portent bien sont ceux qui ont d’autres revenus que ceux provenant de la seule vente de contenus en ligne. Les secteurs les plus prometteurs me semblent être d’une part les contenus sur mesure réalisés pour la communication et le marketing interactif et d’autres part les contenus pour téléphones mobiles.

Pour revenir sur le marché, si je dis que le marché est  » encore  » difficile c’est parce que je suis persuadé que les choses vont changer prochainement, car les fondamentaux sont bons !

Le nombre d’internautes continu de croître régulièrement en France, 20 millions de personnes sont connectés fin janvier 2003, soit près de 40% des Français âgés de 11 ans et plus. Dans les entreprises et administrations de plus de 500 salariés, 38% des 7,7 millions de collaborateurs qui y travaillent (hors éducation nationale et armée) sont connectés à un intranet. Le nombre de téléphone mobile a dépassé celui des téléphones fixes, le trafic de SMS explose littéralement et les revenus des contenus mobiles décollent littéralement après la mise en place en 2002 de l’offre de SMS surtaxés, du i-mode et à l’arrivée prochaine en force des MMS.

Quitter la version mobile