Un emploi dans la com’ ?

Vous cherchez un emploi ou un stage dans les relations press eou la communication ? Visitez le site de notre partenaire Emploisdanslacom.com

Articles marqués avec ‘marketing’

Paris 18/11 : Les perspectives de recrutement des cadres du marketing et de la communication…

Basé à Paris, OSERESO vous invite à participer à l’évènement du mois de novembre : RENCONTRE – CONFERENCE LE 18 NOVEMBRE 2008.« Les perspectives de recrutement des cadres du marketing et de la communication dans un contexte de crise mondiales ».
Animateurs :

Sophie Leger – Chargée de missions – Cabinet Alter ego solution

Aurelien Gilles – Chargé de recrutement – Cabinet Expectra

Anne Cudkowicz – Manager du pôle marketing, communication et vente – Cabinet Expectra

Damien Viel – Directeur Général Adjoint – Agence Carat

Frédéric Lhospied – Responsable du pôle industrie et high technologie – Cabinet BatenborcH International


Pour assister à l’évènement :

Osereso.com

Paris 6/11 : Marketing de l’info: au-delà de votre visibilité médiatique, votre impact sur vos cible

L’Argus de la presse sera présente au Salon SEMO qui se déroulera les 5 et 6 novembre prochains à Paris au Palais des Congrès, Porte Maillot.
Fort du succès de l’édition 2007, le SEMO est le rendez-vous majeur des acteurs du marché des Etudes Marketing, Média et Opinion. Vitrine unique, c’est le plus grand carrefour d’échanges en France entre les instituts d’études et les décideurs marketing et études en entreprise.
L’édition 2008 s’annonce comme le reflet des tendances pour un regard novateur. Cette nouveauté implique et légitime la présence de l’Argus de la presse, acteur majeur de la veille et des études médias dont l’expertise est de connaître et d’évaluer l’impact de votre médiatisation.
L’Argus de la presse, présentera un atelier sur le thème « Marketing de l’information : au-delà de votre visibilité médiatique, votre impact sur vos cibles »
Quel impact peut-on envisager grâce aux relations presse ou comment transformer votre actualité en notoriété?
Atelier le 6 novembre de 14h45 à 15h30 salle 243.
Retrouvez-nous sur le salon SEMO, stand C15

Pour tous renseignements :  informations@argus-presse.fr

Une approche marketing des RP

Y a-t-il une seule manière de pratiquer des relations presse ? Certainement pas. Marie-Line Georges, qui travaille à la communication d’une entreprise de gestion de centres d’appels, a une approche et une vision assez différentes, où le marketing prend une place importante. Elle nous en parle. Entretien.

Quelle est votre approche de la pratique des relations presse ?
J’ai appris les relations presse à ma façon, puisque j’ai à la base une formation en management (EFAP). Je me suis rendue compte que l’image que l’on donne du métier – celle de l’attachée de presse pendue au téléphone par exemple – était fausse. On peut exercer les RP d’une manière tout-à-fait différente.

C’est-à-dire ?
J’utilise les mêmes outils que les autres. La démarche est la même. Mais surtout, je réalise une veille concurentielle très utile. Je lis beaucoup ce qui se fait chez les concurrents (articles de presse), pour en faire ressortir les messages phares que je recoupe, et je me nourris de cela pour ensuite placer mon message. Les résultats sont bons. Le problème des agences aujourd’hui, probablement, est qu’elles travaillent avec beaucoup de clients et perdent en qualité. Notre société a travaillé 6 mois avec une agence, qui garantissait un nombre important de retombées, mais qui n’était pas toujours réactive avec les journalistes sur certains sujets.

Le marketing et les relations presse sont donc compatibles ?
Oui, les relations presse font partie du marketing mix. Le marketing, on doit y être. Les agences cloisonnent trop les relations presse. Chez nous, on travaille beaucoup sur le hors-média (marketing direct, petits-déjeuners,…) mais nous faisons suivre les évènements aux journalistes, qui peuvent être intéressés. 

Olivier Andrieu : un éditeur universel heureux

Internet a célébré l’émergence de l’éditeur Universel. Vous, moi, pouvons virtuellement peser sur le réseau via tout espace de communication, à condition bien sûr que professionnalisme et pertinence soient au rendez-vous. Visite du propriétaire avec Olivier Andrieu.

Planète-RP : Pouvez-vous nous résumer votre parcours ?

Olivier Andrieu : J’ai travaillé 8 ans dans le Minitel, en Guadeloupe (Crédit Agricole) et dans le sud de la France, puis 3 ans dans la veille technologique àStrasbourg. En avril 1996, je m’installe à mon compte pour devenir consultant Internet. Je suis connecté depuis 1993 et tente de me spécialiser dans les outils de recherche depuis 6 à 7 ans.

PRP : Comment est venue l’idée de devenir éditeur d’un site professionnel ?

OA : J’ai écrit une dizaine de livres sur l’Internet. Mon problème était la mise à jour de ce slivres qui devenaient vite obsolètes. J’ai donc eu l’idée, comme cela se faisait beaucoup aux US, de créer un site pour mettre à jour le livre « Créer du trafic sur son site web » en février 99. Aujourd’hui, le site fait environ 1 million de pages vues par mois pour 350 000 visiteurs uniques. Il a 1000 abonnés payants et 36 000 abonnés gratuits.

PRP : Vous attendiez vous à faire d’abondance.com une référence reconnue sur le segment des sites d’informations spécialisés sur les problématiques de recherche et de veille sur Internet ?

OA : Je pense que si l’on a ce type de stratégie au départ, le site ne peut pas marcher 🙂 Je ne sais pas si abondance.com est une référence reconnue, j’essaie juste d’apporter de l’info, l’info « nécessaire et indispensable » gratuitement au plus de gens possible (la diffusion de l’information reste une force incroyable et certainement la seule vraie revolution de l’Internet), et l’info très pointue aux professionnels de façon payante. Ce qui me permet de vivre. C’est aussi simple que cela 😉 Et comme les outils de recherche sont une passion, je peux vivre de ma passion tout en travaillant depuis chez moi, au fin fond de l’Alsace … C’est ma seule ambition 😉

PRP : Internet vous a-t-il offert des opportunités de tisser des réseaux que vous n’auriez pas eu sans l’aide de cet outil ?

OA : Clairement et tous les jours, pour ne pas dire toutes les minutes. L’Internet et le mail sont des outils fabuleux pour ca : faire de nouvelles connaissances ou en retrouver d’anciennes. Et, heureusmeent, cela se termine souvent au restaurant devant une bonne bouteille. J’habite sur la route du vin en Alsace, ce serait dommage de ne pas en profiter… Et j’aurais tendance à dire que la vraie force du réseau, c’est d’initier des rencontres dans la « vie réelle »… Et une conversation par mail ,si elle est souvent efficace, n’aura jamais le côté convivial d’une « vraie » discussion. Heureusement d’ailleurs…

PRP : Revenons au site. Faites vous l’objet de communiqués de presse ? si oui sont-ils ciblés ?

OA : Est-ce que la question est : est-ce que je recois des communiqués de presse ? Oui bien sur, mais pas toujours dans les domaines qui m’intéressent :-). Je pense qu’il serait bon que les gens, avant d’envoyer des communiqués, demandent l’autorisation du journaliste, ce serait poli. Et n’envoyer que des communiqués correspondant aux domaines d’intérêt des journalistes serait également une autre forme de correction, comme de ne pas envoyer de documents attachés de 1 Mo, etc. Il y aurait tellement à dire 😉 Pour ce qui est des partenariats, je regrette que la plupart de partenariats qu’on me propose soient des simples echanges de liens, qui n’apportent pas grand chose à moyen terme. Il y aurait pourtant tellement a faire entre sites pour mettre en place des partenariats ou tout le monde est gagnant (« win win »). Mais on me propose, outre des echanges de liens, des partenariats dans lesquels c’est plutot le site proposant qui a tout à y gagner. C’est pas tres « win-win » ça… 😉 Bref, il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine !

PRP : Le site a-t-il une stratégie commerciale ?

OA : Au début non, mais maintenant qu’il m’occupe aux 2/3 de mon temps, je suis bien obligé 😉 De la à parler de stratégie, je n’irais pas jusque là. J’ai la chance d’avoir beaucoup d’idées (pas toujours bonnes, je vous rassure), alors j’essaie d’en lancer quelques-unes. Si elles marchent, tant mieux, si elles ne marchent pas, tant pis. Au moins j’aurai essayé 😉 Je ne connais pas d’autre façon de fonctionner sur l’Internet…

PRP : Comment voyez vous les développement de l’usage d’Internet pour les professionnels dans les cinq années à venir ?

DB : Je ne suis pas auteur de science-fiction 🙂 mais je crois que le marché va se resserrer autour du payant (le « F2F » ou « Free to Fee » ou « Free to Fric ») et que les sites vont devenir de plus en plus pro. Les errements d’il y a quelques années semblant révolus, je pense qu’on va voir arriver des sites avec de très forts contenus et que le marché de la publicité va décoller, avec le commerce électronique, d’ici à trois ans. Mais il y a encore tellement de choses à faire sur l’Internet que cela me semble parfois etre une manifestation de l’infini… Et je reste persuadé que les « petit » sites auront encore leur place pendant longtemps encore !

www.abondance.com

La rumeur, siamoise du marketing viral ? Comment les séparer ?

Par Serge-Henri Saint-Michel

La rumeur et le marketing viral passent pour être synonymes. Qu’en est-il exactement ? Comment les distinguer ? L’Internet, nouveau vecteur de certaines phobies, fait souvent le lit de la rumeur…
L’Internet, nouvel outil de communication, est un des bras armés du mix marketing…
Alors que se passe-t-il lorsque les deux se rencontrent, jusqu’à s’interpénétrer ?
Se pose alors la question de la distinction entre ces deux termes.

Rumeur… ou marketing viral ? Les deux termes, souvent employés comme synonymes, recouvrent pourtant des réalités très vastes…

L’objectif de ce développement ne sera pas de distinguer les différents moyens que ces deux  » médias  » peuvent véhiculer. Nous chercherons simplement à en saisir les différences.
Le marketing va prendre un coup à sa tendance holistique car la rumeur N’EST PAS du marketing viral ! En effet,
· La première existait avant la seconde,
· La seconde n’est pas la traduction anglaise de la première,
· … et, surtout, les différences l’emportent sur les ressemblances

 » La rumeur et le marketing viral ont un véritable air de famille « 

La rumeur et le marketing viral ont ceci en commun :
· Objet de connaissance,
· Ils sortent de l’ordinaire (ils sont inhabituels),
· Ils peuvent être  » non encore vérifiées et non officielles  » (Kapferer, au sujet de la rumeur), mais pas forcément.
De plus, ils misent sur
· La transmission d’une information au sujet contagieux,
· Dans le cadre d’une diffusion large et incrémentale,
· S’intégrant à une communication de proximité
Enfin, ils se caractérisent par
· Le manque de maîtrise de leur développement,
· L’incertitude de leur  » reprise  » par les autres diffuseurs,
· L’impossibilité de faire parcourir le même chemin (que celui qui a été utilisé pour sa diffusion) à un démenti ou à une contre-information

En somme, si l’on ne se penche que sur ces éléments, rumeur et marketing viral restent synonymes.

Or, en approfondissant l’approche et en découpant les stades par lesquels passent ces  » médias « , nous pouvons distinguer les caractéristiques de chacun de manière plus évidente.

 » La rumeur et le marketing viral ne sont pas du même père « …
Tout d’abord, ces moyens diffèrent quant à leurs objectifs : le marketing viral cherche à développer les ventes, la sympathie, et plus rarement l’information ; de son côté la rumeur ne dispose pas, à proprement parler, d’objectifs commerciaux, même si des implications commercialement négatives peuvent parfois être constatées. C’est aussi pour cela que le marketing viral ne peut vivre sans un souffle créateur émanant d’un individu ou d’une source conscients.

La problématique de la source
Conséquemment, la source du marketing viral est aisément identifiable et son carburant principal très lié aux contraintes marketing : un produit, un service, l’adresse d’un site, etc. dont le contenu à diffuser doit être adapté aux attentes qualitatives des  » transmetteurs  » : valorisation du sujet (celui qui diffuse) qui, par cette réinstillation, marque de son empreinte l’information jusqu’à, parfois, faire preuve de schizophrénie en s’attribuant la primauté de la source (non de sa découverte, mais de sa diffusion)… C’est pour cela que la rapidité de rediffusion ne peut être séparée du concept même de marketing viral.

La notion d’information transmise
Le marketing viral diffuse toujours un support-témoin (logiciel, carte postale, mail…). En ce sens, il est une vraie information qui demeure, au fur et à mesure des contaminations, le seul élément originel (i.e. non modifié) et à tout moment séparable du commentaire que le sujet peut rédiger pour l’accompagner et se valoriser.

La diffusion
Essentiellement porté par un effet de nouveauté, de surprise, le marketing viral est peu récurrent : il s’apparente à une succession de  » one shot  » qui, chacun, sont instantanément rediffusés (cycle de transition court) et intégrés aux divers supports pensés à cette fin.

En conclusion

Le marketing viral est principalement porté par les médias numériques . Il ne fait que se transmettre de machine en machine, contrairement à la rumeur qui, plus insidieuse, pénètre les cerveaux, pour s’y assoupir, avant de resurgir…

Si les deux techniques misent sur une large diffusion, le marketing viral se diffuse en ondes concentriques tandis que, dans le même temps, sa distorsion est faible. La rumeur, par contre, s’appuie sur de fortes distorsions émises par les vecteurs et s’apparente ainsi plus au spectre d’un prisme.

Quoi qu’il en soit, ces moyens, largement diffusés, nous amènent à nous interroger sur leur fonction sociale : la rumeur n’engage à rien (elle suppose pas une adhésion du diffuseur à son sujet) ; le marketing viral, pour sa part, témoigne de l’intérêt du consommateur au couple message / vecteur et vise au prosélytisme.

Ainsi pouvons-nous risquer que si la rumeur n’engage à rien, le marketing crée du lien.

Pierre Chappaz, CEO de Kelkoo : les RPs, c’est du marketing…

Pierre Chappaz est CEO de Kelkoo, le leader européen des moteurs de shopping sur Internet, présent dans 8 pays. Planète RP lui a demandé de livrer son sentiment sur les relations publiques et leur rôle dans la naissance d’une société.

Planète RP : Quel rôle ont joué les relations presse dans la communication sur le site Kelkoo en France et dans le reste du monde ?

Pierre Chappaz : Les RP nous ont permis lors du lancement l’année dernière d’obtenir un nombre d’articles très important sous les angles les plus divers: phénomène start-up, nouveauté du service (moteur de shopping et de comparaison de prix), levées de fonds, acquisitions, people, et même la mode des noms en KK 00… Etre l’agence RP de Kelkoo n’était d’ailleurs pas facile, étant donné le rythme exceptionnel des événements.

PRP : Avez vous appris au contact des attachés de presse sur le travail avec les médias et la manière de communiquer les informations d’une société ?

PC : Personnellement cela fait 12 ans que je pratique les agences puisqu’avant de fonder Kelkoo j’ai dirigé la communication de plusieurs grandes marques dont Toshiba et IBM. Oui, j’ai beaucoup appris au contact des attaché(e)s de presse et surtout des meilleurs d’entre eux. J’ai aussi forgé quelques idées personnelles sur la question!

PRP : D’après vous, quelles qualités doivent posséder les attachés de presse pour valoriser leur activités auprès de leurs clients ?

PC : Je pense qu’il faut faire un gros effort pour comprendre le mieux possible le métier et le marché du client, car les RPs c’est du marketing pas de la simple mise en contact. C’est une exigence qui concerne toutes les disciplines de la communication, mais les RPs encore plus que les autres, car il s’agit d’intéresser chaque journaliste en fonction de ses centres d’intérêt, mais aussi de sa propre compréhension du sujet. Il faut fournir de l’information à valeur ajoutée!

PRP : Comment pensez vous va évoluer cette profession ?

PC :Je ne serai pas le meilleur oracle pour vous répondre. Demandez-moi plutôt comment va évoluer Internet, là je vous répondrai!

LD.

Le meilleur service de presse, c’est le référencement

Plusieurs enquêtes menées auprès de journalistes ont fait ressortir qu’ils se servaient en premier lieu des moteurs de recherche lors de la phase de documentation qui précède l’écriture d’un article. Sur ce point les journalistes ne diffèrent d’ailleurs pas du comportement de n’importe quel professionnel à la quête d’une information. Les Yahoo et autres Altavista sont encore pour longtemps les sésames qui ouvrent les portes du net.

Le référencement de votre site Internet sur les principales bases de recherche est donc une priorité. Lors de l’élaboration du cahier des charges d’un site Internet, cette fonction est prise en compte, mais parfois l’entreprise oublie tout simplement de procéder à sa mise à jour.

Selon la taille de votre société, le référencement sera la chasse gardée du service Informatique ou même du département marketing. Dans quelques (rares) cas, la Direction de la Communication aura son mot à dire.

Avant de vous lancer dans un programme de référencement, voici quelques conseils pratiques :

Interrogez les moteurs de recherche les plus courants grâce à des mots clés et vérifier la présence de votre société au sein de son marché sur les moteurs de recherche les plus utilisés en France comme yahoo.fr ou altavista.fr.

Entrez par exemple le mot clé  » pompes de refroidissement  » si c’est l’activité de votre entreprise et découvrez ensuite les réponses et la place qu’occupe votre société dans ce classement. Cette expérience fournira un bon indicateur du travail à effectuer.

La phase de référencement suit une méthodologie marketing. Il vous faudra déterminer la cible que votre site souhaite atteindre, choisir les mots clés qui permettront d’assurer la visibilité de votre site lors des requêtes effectuées auprès des moteurs. Des techniques existent pour vous aider à franchir avec succès toutes ces étapes( voir liens ).

Des sociétés spécialisées dans le référencement existent et peuvent prendre en charge ces opérations pour des tarifs qui ne dépassent généralement par quelques milliers de francs par mois.

Site utiles à connaître :

www.referencement.com
www.nebooster.com
www.polepositioning.com
www.1ere-position.com

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!