T’Menthe : les preuves restent à faire

Il y a six mois, Laure Royer créait T’Menthe, agence en communication globale. Si le positionnement de cette agence mérite de l’intérêt, il est difficile d’en cerner un message clair et concret.

Anciennement attachée de presse au Centre International de Deauville, Laure Royer a également travaillé en radio. Mais c’est au retour du Maroc, où elle était responsable de communication interne et externe pour des sociétés pharmaceutiques internationales notamment, qu’elle a décidé d’ouvrir son agence. Particularité de T’Menthe : la prise en compte des aspects visuels de l’entreprise, en plus des actions de communication habituelles. « Je suis passionnée par l’univers de la décoration. J’ai créé une ligne de meubles et je me suis dis que cela pouvait être développé comme outil de communication ». Laure Royer souligne que la déco-com n’est qu’un vecteur de communication parmi d’autres. « Dans ma conception de la communication, il faut pouvoir utiliser tous les vecteurs possibles afin de diffuser un message ». T’Menthe se positionne donc comme une agence de communication globale. Son action se résume en un audit pour les entreprises et selon les problématiques, l’agence fait appel à son réseau de partenaires. Si T’Menthe existe bel et bien, on peut tout de même se demander où en sont ses activités depuis 6 mois. Les projets sont flous et les clients, fantômes. « Je ne peux parler des clients puisqu’ils n’ont pas encore signé ». Ce qui est sûr, c’est que le message n’est pas passé et que … le T a laissé un goût amer…

 

Véronique Durant

 

 

 

Laisser un commentaire